Djibouti ou le paradis des géologues : 5 sites incontournables

Dans 200 millions d’années, Djibouti sera sans doute englouti dans un vaste océan. En effet les secousses sismiques continuelles, bien que de faible intensité, qu’on observe sur son territoire, sont provoquées par le déplacement très lent (2cm par an) des plaques d’Afrique et d’Arabie, à l’intersection desquelles est située la république de Djibouti. Mais d’ici là, nous avons le temps de profiter des merveilles géologiques du pays.
djibouti-volcan-geologie

Les géologues, les enseignants de SVT, et d’une manière générale, toutes celles et ceux intéressés par les phénomènes géologiques, seront passionnés par un voyage à Djibouti.

Ce petit pays rassemble à lui seul d’impressionnants phénomènes géologiques qui ont donné naissance à des paysages uniques. Les connaisseurs ou tout simplement les voyageurs curieux, seront passionnés par autant de découvertes !

1. Le Grand Rift africain

Le phénomène d’écartement des plaques qui aboutit à la création d’une vallée appelée RIFT, se produit généralement sous les océans. A Djibouti il est possible de marcher sur la faille du Grand Rift africain ! La faille s’écarte de 2 cm en moyenne par an !

djibouti-grand-rift-geologie
Sur la faille du Grand Rift Africain
Dans un mini tunnel de lave

Dans le monde, l’épaisseur de l’écorce terrestre est généralement de plusieurs dizaines de kilomètres. En plusieurs endroits de la République de Djibouti, elle n’excède pas 5 kilomètres. C’est pourquoi nous pouvons observer dans les régions du lac Assal et du lac Abbé les fumerolles et autres sources d’eau chaude, qui témoignent d’un sous-sol en constante ébullition.

Fumerolles au Lac Abbé

2. Le lac Assal

D’une superficie de 54 km², le Lac Assal est remarquable à plusieurs points de vue :

  • Situé à – 153 mètres sous le niveau de la mer, c’est le point le plus bas du continent africain.
  • C’est une des étendues d’eau les plus salées du monde, avec une teneur en sel de 348 grammes par litre : plus élevée que celle de la mer morte. Ce sel, objet de commerce par les nomades Afars depuis des temps immémoriaux, est aujourd’hui exploité de manière industrielle.
  • Le lac Assal aux eaux turquoises, entouré de sa banquise de sel, elle-même cernée par la lave, est d’une beauté incomparable louée par des écrivains ou aventuriers célèbres, comme Joseph Kessel.
Banquise du lac Assal
Au bords des eaux turquoise, sur la banquise de sel : chaussures obligatoire pour profiter de la baignade sans se blesser avec les cristaux de sel !

3. Le lac Abbe

Non loin de la frontière éthiopienne, le lac Abbé présente également un panorama unique. Ses cheminées de calcaire offrent un paysage lunaire, très prisé par les photographes du monde entier, particulièrement aux levers et couchers de soleil.

Un paysage lunaire

Il aurait même été choisi comme un des lieux de tournage du film « La Planète des Singes », ce qui n’ est pas établi….

Les senteurs soufrées qui s’échappent des fumerolles nombreuses ont d’ailleurs donné son nom au lac. En effet, Abbé signifie « pourri » !

Coucher de soleil, sur le lac

Les paysages uniques des cheminées qui peuvent atteindre 50 mètres de hauteur, nous feraient presque oublier la présence du lac, sur lequel on peut observer des flamants roses et de nombreuses espèces animales ! Pour en savoir plus au sujet de la nature et des animaux de Djibouti, cliquez par ici !

Depuis plusieurs années malheureusement, l’assèchement progressif du lac entraîne son recul, ce qui rend l’observation des flamants roses de plus en plus difficile, en raison des sables mouvants qui bordent les rives du lac.

Attention tout de même : les déplacements avec un guide sont recommandés pour éviter les risques d’enlisement.

4. Le volcan Ardoukoba

Le mouvement des plaques terrestres est aussi à l’origine de phénomènes volcaniques spectaculaires. Comme par exemple la naissance d’un volcan, en 1978, baptisé Ardoukoba par le célèbre volcanologue Haroun Tazieff.

Ce volcan a connu pour le moment une seule éruption, celle de sa naissance, en 1978 : une éruption de lave qui en fait un volcan « rouge », qui a alors déversé 12 millions de mètres cubes de lave basaltique.

Champs de lave et Ardoukoba au centre

Non loin de là, se situe le Goubet, large étendue d’eau qui forme la fin du Golfe de Tadjourah. Plus connu des populations locales sous le nom de « Gouffre des démons » : aujourd’hui encore, rares sont les pêcheurs qui osent y pénétrer par peur de se faire tirer vers le fond par des démons.

Au centre de ce « lac » se trouve « l’île au Diable », qui n’est autre que le cratère formé par un volcan sous-marin : toute l’étendue d’eau est entourée de montagnes, et le fond du lac est noir de lave, ce qui a de quoi rendre l’atmosphère très impressionnante.

Le Goubet et ses îlots au Diable

Des recherches et plongée réalisées par des scientifiques – et notamment le commandant Cousteau- prouveraient que la faune sous-marine y serait particulièrement impressionnante et que de très gros prédateurs y seraient présents, grâce aux courants favorisant l’entrée dans le Goubet et en rendant la sortie très compliquée…

Vous apprécierez le panorama et l’ambiance de ces lieux volcaniques, grâce aux haltes pique-nique qu’Africorne vous propose dans ses circuits.

5. Le désert du Grand Bara

Djibouti a aussi ses déserts, , et parmi eux, celui du Grand Bara.

Nous ne pouvons qu’être surpris par les mirages et les tourbillons de sables du Grand Bara, vaste étendue désertique de 30 kms sur 10.

Les amateurs de faunes apprécieront les rencontres avec les gazelles …

Gazelle au Grand Bara

Et les amateurs de voile apprécieront une activité pour petits et grands, dont la pratique est idéale au Grand Bara : le char à voile !

Char à voile au Grand Bara
Installation pour une journée au Grand Bara

Voyager à Djibouti

J’espère vous avoir transmis un peu de mon engouement pour la découverte de tous ces paysages et phénomènes. Il y en a pour tous les goûts, cependant, je vous conseille de privilégier la période entre Octobre et avril afin d’éviter la saison (très) chaude de Djibouti ! D’ailleurs, vous trouverez d’autres informations concernant le climat et la diversité des paysages de Djibouti dans cet article !

Si vous envisagez un voyage à Djibouti, vous pouvez aussi lire les autres articles du blog pour en savoir plus, et surtout, n’hésitez pas à prendre contact si vous avez des questions.

4 réponses

  1. Bonjour
    J’ai eu la chance de séjourner à Djibouti plusieurs mois en 77 et de découvrir tous ces endroits cités dans cet article.
    Ainsi que Obock ( 78° au soleil) de l’autre côté du golfe de Tadjoura et les îles Mouscha et Maskali.
    Que de souvenirs incroyables de ce pays, merci pour m’avoir remémoré tous ça .
    Pour décrire ce que j’ai vu un livre ne suffirait pas!!!

    1. Merci Patrick de nous faire part de l’expérience que vous avez vécue à Djibouti. Et si l’envie vous prend d’y revenir, n’hésitez pas à contacter Africorne Travel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez l'article :

Partager sur facebook
Partager sur email

Articles similaires :

Rejoignez nous sur Facebook :

fr_FRFR